Objectif : Irlande – jour 6

Objectif : Irlande – jour 6

Photographe entreprise lyon - François-Xavier Driant - Lyon - coporate

Dimanche 26 mai

Day off !!!

Les émotions me bousculent en ce dimanche matin. Je ne réalise encore pas très bien tout ce que je viens de vivre. Je pense déjà à revenir même si je sais que je ne croiserai pas les mêmes personnes. J’essaie de remettre un peu d’ordre dans mes idées, j’ai accumulé, avec les trajets et les petites nuits, pas mal de fatigue. Cette matinée est consacrée au repos.

 

Ce que j’ai fait de mieux à Dublin, c’est de marcher en laissant le hasard guider mes pas. Je n’adopte pas vraiment cette méthode en pleine nature, par sécurité il est préférable de savoir où on se trouve, où on va et en combien de temps. Dans cette capitale, je prends une direction et je vois où j’arrive.

Pour commencer, c’est devant les portes de Supermacs que j’arrive. J’entre pour une petite pause alimentaire, leur hamburger avec trois steaks et le fromage fondu me fait de l’œil !

Et je reprends ma balade le long de la rivière Liffey en direction de l’Est, du port. Je longe la custom house et j’arrive devant le musée de l’immigration. Je continue de marcher sous un soleil radieux mais face à un vent froid jusqu’au Samuel Becket Bridge (un pont pivotant avec une forme particulière qui rappelle la harpe irlandaise).

 

A partir de cet endroit, je vois le paysage urbain se modifier complètement. Je passe progressivement de bâtiments anciens et qui ne laissent que peu de doutes sur le lieu où l’on se trouve, à des immeubles modernes dont certains sont encore en construction. Au nombre de grues présentes et des immeubles auxquels elles donnent vie, on sent une vraie volonté de développement, rapide qui plus est.

 

Le quartier des docks. L’appareil photo à la main, j’y déambule toute l’après midi essayant des cadrages. La photo d’architecture n’est clairement pas un style dans lequel je me sens à l’aise. Je suis convaincu que la photographie (tous domaines confondus) est une gymnastique de l’esprit. Et comme toute gymnastique, cela demande une pratique régulière et assidue pour réussir à atteindre un résultat. De plus, chaque domaine demande des sensibilités, des affections particulières. Mais j’ai du temps devant moi dans cette ville que je découvre, alors j’en profite encore un moment avant de revenir vers Temple Bar et ses pubs (il y en a plus de sept cents dans toute la ville…) : c’est l’heure d’une bonne Guinness !